dimanche 22 janvier 2017

Végétarien, végétalien, vegan = Danger ?


Share

Végétarien, végétalien, vegan = Danger ?

Souvent les personnes ne connaissant pas grand chose sur l’alimentation végétarienne, et le végétarisme en général, se posent la question si être végétarien est dangereux pour la santé.

Être végétarien est-il vraiment dangereux pour la santé ?

La réponse est catégorique : OUI ! Il y a danger...
Être végétarien ou pire encore végétalien, ou extrémiste tel que les vegan, est terriblement dangereux et néfaste pour la santé... mentale et la société. Peu à peu le végétarien devient un dangereux sociopathe.
Voyons dans les paragraphes suivant pourquoi j’affirme cela.
Sachez que dorénavant par facilité pour nommer les trois formes des adeptes du végétarisme, c’est à dire végétarien, végétalien et vegan,  j’utiliserais le terme « végéta*ien ».

La lecture compulsive des ingrédients...

Soucieux de ne pas avaler n’importe quoi, le végéta*ien commence sa vie d’herbivore par lire les ingrédients de chaque article qu’il va manger. Pire encore le vegan lira les composants de tout ce qu’il achète excluant tout produit d’origine animale que ce soit pour manger, se vêtir, se meubler, etc. Un véritable trouble obsessionnel compulsif (T.O.C.) prend alors possession de cet individu résolument herbivore. Que se passe-t-il alors ?

Quelque dangereuse carence...

Le végéta*ien s’aperçoit dès lors que toute sa vie, il était un consommateur aveugle. Il était victime d’une très grave carence : le manque de lucidité.  
Le végéta*ien prend conscience qu’il était le jouet des stratagèmes de l’industrie agroalimentaire et du système marchand en général, surtout en ce qui concerne l’impact de son mode de vie sur la planète et tous ses habitants, animaux et humains confondus.
C’est alors que le végéta*ien devient un dangereux individu de part le prosélytisme dont il fait preuve et de part ses multiples tentatives pour saper l’économie de cette même industrie agroalimentaire. C’est à partir de cet instant que le végétarien, le végétalien ou pire encore le vegan prend conscience que consommer est un acte politique.

Faut-il avoir peur des adeptes du végétarisme ?

Peur ? Non. Mais sachez que tel les sectes, les arguments que les adeptes du végétarisme avancent sont terriblement efficaces et souvent confirmés par des scientifiques indépendants ou pire encore par deux choses redoutables que chacun d’entre nous possède, la Compassion et la Raison.
  • Compassion envers les animaux qui sont massacrés sans aucune pitié et votre Raison qui risquerait de vous faire pencher vers le végétarisme afin de stopper ce carnage.
  • Compassion envers la Nature qui agonise sous le joug de la pollution et votre Raison, qui analysant toutes les informations que les végéta*iens vous prodiguent, risque encore de vous faire pencher vers le végétarisme.
  • Raison encore car le végétarisme est bon pour la santé de votre corps. N’oubliez pas qu’ils vous montreront plein de rapports médicaux fiables et scientifiques tel par exemple « Le Rapport Campbell ».
  • Enfin Compassion et Raison confondus, car nul ne peut être insensible à la faim dans le monde. Bien qu’envers cet argument il est possible de porter à controverse que le manque de répartition des richesses est plus responsable de la faim dans le monde que le fait de manger de la viande. Mais là on entre dans un autre débat...

Comment ne pas se faire embrigader par les végétariens ?

Surtout fuyez tous les arguments que les végéta*iens pourraient essayer de vous inculquer.
Comment faire ?
  1. En vous bouchant les oreilles avec les doigts, ça fonctionne très bien.
  2. En fermant très fort les yeux pour ne pas regarder ou lire ce que le végéta*ien souhaite que vous voyez.
  3. Ridiculiser chaque argument avancé en mettant en avant la souffrance des végétaux : cri de la carotte, de la tomate ou de tout autre légume que vous connaissez.
  4. Enfin ne pas écouter, ni sa Raison, ni sa Compassion.

Est-il possible d’agir contre le végétarisme et sa prolifération ?

Vous vous désespérez parce qu’un de vos proches, votre fille, votre fils, votre conjoint(e), est devenu végéta*ien et vous souhaitez le faire revenir dans le droit chemin ?
Désolé, il n’existe aucun remède connu de nos jours contre le végétarisme.
Hé oui ! Après avoir connu le végétalisme et tous ses bienfaits non seulement sur la santé mais aussi sur l'écologie et le bien-être animal, le retour vers l'omnivorisme et le carnisme est quasi impossible voire impossible.
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire